Histoire en photos de maquettes et dioramas

Histoire en photos de maquettes et dioramas

La FLAK (peinture à l'aérographe)



Première partie :
Les Chars d'assaut


la plupart des modèles présentés ici sont commencés depuis plusieurs années (pour certain plus de vingt ans !!!) ils sont tous en cours de finition !



Ce kit de FlakPanzer PANTHER 5,5 cm dont la tourelle " normale " a été remplacée par une tourelle en résine (ACCURATE ARMOUR) de FLAKPANTHER 5,5 type RHEINMETAL BORSIG avec les tubes en métal blanc et caches flammes en résine (? !!!) pas facile de coller de la résine sur du white métal de plus les tubes tordus on dû être remplacer ! (2 tubes de 7,5cm PAK 40 en alu pour l’échelle 1/48 marque JORDI RUBIO conviennent parfaitement pour du 5,5 FLAK au 1/35 ! ils sont de plus très ressemblants) pour faciliter le montage et sa résistance dans le temps, les caches flammes sont dotés de « pivots » tronçons d’aiguille à coudre.


Pour la peinture les manipulations nécessaires sont toujours faites avec précautions !
Surtout s’il y a de la photo-découpe, de plus les déplacements se font dans un couvercle de boites à chaussures c’est l’idéal ! ou dans des boites de films pour radiographies (exemple KODAK voir votre hôpital préféré !) ont peut mettre plusieurs kits cote à cote et ils sont maintenus par les rebord du couvercle excellent !!! de plus le papier de soie (dans les boites de souliers) permet de couvrir les kits et ainsi de les protéger de la poussière ! certains préfèrent une plaque de polystyrène expansé et kits maintenus par des cure-dents moi... J’AIME PAS ! si la plaque casse au revoir les précieux kits et ça laisse des machins partout, si le chat les bouffent… !



Les déplacements des kits se feront (si possible !) par le puit de tourelle !



Si cela n'est pas possible il faut être très soigneux et bien entendu avoir les mains propres, dans certains cas ex. kit en résine (donc lourd !) je le colle sur une plaquette (Chute de Parquet flottant !) sur deux supports en résine (carotte de moulage !) ce qui facilite grandement les manipulations de montage et peinture, le dessous étant peint en toute fin de travail.



A l'aéro la peinture doit être diluée mais pas trop, surtout, la pression doit être d'au moins 1,5 bars ! la plupart des maquettistes utilise par méconnaissance une pression trop basse qui avec une peinture trop diluée entraine des « coulures » et des « crachouillis » surtout avec une peinture (trop ) peu diluée ! encore que ce dernier cas soit utilisable (et utilisé !) pour faire des « salissures » type giclures de boues ! (matos aéro. Paasche VLS ensemble aiguille/buse n° 3)


Le camouflage sur ce châssis de PANTHER de fin de guerre est réalisé à l’aérographe avec une pression de 2 bars ! dans tous les cas plus la pression est importante plus le trait pourra être fin (avec la même aéro, la même peinture et la même dilution bien entendu !) (matos aéro. Paasche VLS ensemble aiguille/buse n° 3)


Inversement plus la pression est importante plus la peinture vole dans la pièce il faut toujours travailler en local copieusement aéré ET AVEC un masque ou à l’extérieur ! dans ce dernier cas on peut se passer de masque mais dans ce cas seulement ! pensez à vos petits poumons !!!
DANS TOUS LES CAS !!! les gants sont indispensables à partir du moment ou vous êtes amenez à manipuler le kit durant la phase de peinture donc de placer votre main devant le jet de l'aéro. cela semble logique !
Ici le camouflage est effectué avec un aéro. Paasche VLS ensemble aiguille/buse n° 3.


Pour les peintures qui sont très « agressives » à cause de la dilution et de la vaporisation il est indispensable de porter des gants ceux de chirurgie sont appropriés ! ils évitent (limitent !) en même temps de laisser des trace de doigts (empreintes !) lors de manipulations des kits avant séchage !!! (matos aéro. Paasche VLS ensemble aiguille/buse n° 3)

Mais l'idéal est encore de faire cela à l’extérieur...

Exemple de mise en peinture de cadre aluminium à l'aéro servant de sous-couche pour une peinture à l'huile (dans mon cas imitation bois) ces cadres récupérés de panneaux d'évacuation d'une entreprise lors d'un changement d'infrastructures (mise aux nouvelles normes sécurité !)


Idem pour les pièces en plastique ou en résine...


Pour peindre correctement il faut faire des passages réguliers mais léger et sans revenir même s'il reste du blanc sinon cela risque de faire des paquets.


Après séchage complet on passe une deuxième couche tout aussi légère que la précédente
Par exemple j'attends parfois une semaine entre 2 couches.




Toujours à l’extérieur ce qui peut nous affranchir du masque mais systématiquement avec des gants.
Certaines peintures ont plutôt bonne réputation... elles sont sans doute les plus dangereuses ainsi l'acrylique vaporisée à haute vitesse parviendra à traverser la peau et je ne parle pas des poumons les pulvérisations de résine de ces peintures qui se déposent dans les voies respiratoires quasi définitivement !
L'acrylique est donc encore plus nocive que la peinture à l'essence... Protégez vous !








.