Histoire en photos de maquettes et dioramas

Histoire en photos de maquettes et dioramas

Revue de documentations


REVUE DE DOCUMENTATIONS

Livres, revues, vidéos, films, etc.

Je sais que la critique c'est facile et ça ne coûte rien (ou peu !) mais ça permet de mettre en évidence certain défauts parfois récurant.
Et alors ! Moi aussi je fais des phautes de frape, des érreurs, des fautes d'innattention !

Steel Master c'est plus c'que c'était !

Je me souviens d'avoir arrêté mon abonnement à cette revue au n°36  parce que je trouvais une nette redondance des articles successifs ! Le seul avantage étant que les articles étaient basés sur  des nouveautés récentes mais les conseils sur le montage, la peinture, le dioramas etc. revenaient toujours au même !

Les auteurs d'articles maquettes ont pour l'immense majorité commencé chez HEIMDAL dans les revues de l'éditeur, plus particulièrement "Histoire et Maquettisme"
Ainsi G Peiffer, C Receveur, D Chomette, D Bourgeois, S Ansquer, P Malmassari, J Restain, J Welsh, T Greenland, Y Buffetaut, H Cance, P Doutrelandt, P Sarrasin, J-P Etchanchu, P Danjou, O Saint-Lo, J-L Cezac, P Debucquoy, etc, etc.
Ont d'abord commencé chez HEIMDAL puis quelques un sont passés chez HISTOIRE et COLLECTIONS le concurrent direct !

Ce qui me gênais le plus avec Steel Master c'était le caractère du texte écrit par des auteurs au prix d'une certaine connivence... Je m’explique :
Les auteurs se connaissant tous (pour ce qui est de s'apprécier c'est autre chose !!!) et certains même travaillant chez les autres par exemple certains auteurs cités plus haut étaient vendeurs dans la boutique... AZIMUT Production (ADV et IRONSIDE...)
Donc, par exemple quand l'un de ces auteurs écrit dans un article que AZIMUT aurait pu prévoir "un petit plan de montage dans son kit" ou que le "kit est un peu cher" ou encore que "certains éléments sont un peu empattés" cela reste un peu pervers car il travail et est payé par AZIMUT en d'autres termes ce qui semble être une critique de bon aloi et justifiée ! Il ne s'agit en fait que d'une "mise à niveau" pour ne pas sembler faire le panégyrique de la marque... Marque pour laquelle il travail !!!
Mais pour ceux qui savent... Cela reste pour le moins ambigu !

J'ajouterais que D Chomette fondateur et représentant légal de AZIMUT (et IRONSIDE, ainsi qu'ADV) est également le fondateur et directeur de redac. de Steel Master (les 3 premiers n°) revue qui fut ensuite reprise par l'éditeur Histoire et Collections ! Mais D. Chomette est alors indiqué comme membre fondateur de cette revue qui ayant conservée son titre est reprise sous une nouvelle formule !
Tu m'suis ?



Le volume 1 c'est la première version de STEEL MASTER en est en 1993 !!!
Revue fondée par D Chomette avec Tony Greenland (que l'on ne présente plus) et Olivier Saint-Lo revue qui sera reprise par l'éditeur HISTOIRE et COLLECTIONS et la numérotation repart à un...
n°1

Bref, j'ai récemment découvert le n° 162 / 163 de STEELMASTER que j'ai acheté... Pour voir !

Je fonce directement à l'article central sur les insignes et emblèmes d’unités, ici le corps de cavalerie Allemand en 1944 : Kavallerie-Korps Harteneck
Vue qu'il s'agit d'un article sur les insignes on s'attend logiquement à en voir un certain nombre et bien pas du tout il n'y a exactement aucun insigne ni emblèmes d'unités sur aucun des engins présentés que ce soit sur les photos d'époque ou sur les dessins et schémas ! exemple ci-dessous.




Deuxième article qui m'interpelle au 1/48 le camion lance rockets Russe ici juste un point de détail, j'aurais apprécié que, une revue de la qualité de Steel Master nous présente un engin dont le seul point trop grossièrement traité par le fabricant soit refait par l'auteur !
En l’occurrence le système de visée du lanceur alors que la roue de secours que l'on ne voit quasiment pas et à laquelle on ne prête pas la moindre attention a elle été retravaillée !




Autre problème détecté sur le dio. au 1/72 de matériel qui déjà n'ont jamais existé ou en tous cas n'ont jamais combattus !
Le diorama présenté ci-dessous montre un sol très "épuré" j'oserais même dire grossier ! De plus les engins sont ornés de magnifiques cocardes et marquages énormes en blanc de bien belles cibles pour les Pak Teutons !





Ci-dessus vue de détail, là je me pose une question :
Si je ferme la trappe de tourelle la cocarde va se trouvée à l'intérieur ! Non ?
Elle n'aura donc plus aucun intérêt, ou alors cette trappe se ferme selon un procédé inconnu qui ferait que la trappe fermée la cocarde reste vers l'extérieur, mais je doute car à priori elle doit basculer sur un axe en bas et où se trouve le système de verrouillage ?
J'avais déjà vu un char léger type R-35 ou H-35 dont la trappe arrière (ouverte) de tourelle était montée à l'envers, soit l'extérieur vers le haut et le verrou tourné vers le bas.


CARAKTERE !


un nouvel éditeur que j'apprécie particulièrement malgré les erreurs récurrentes et grossières, tellement grosses même quelles sont très faciles à détecter et donc à corriger !
En fait après relecture des anciens livres, revues, documents, etc. il y avait autant d'erreurs que dans cette éditions mais par manque d'attention ou de connaissance elles passaient inaperçues, en relisant à la lumière de mes nouvelles connaissances il en va tout autrement !
Point d'acharnement contre cet éditeur donc 
juste un signalement des erreurs, en tout cas celles que j'ai détectées !
La preuve que je ne m'acharne pas contre cet éditeur, voici par exemple une erreur qui remonte à 1991 !



Ci-dessus dans la revue Histoire et Maquettisme édition HEIMDAL un court article de M. X
sur des figurines dont un guerrier Goth où l'on apprends que cette peuplade c'est convertie au "Christianisme aérien" !!!
J'aurais préféré un : Christianisme Aryen... 


Mais revenons à notre éditeur CARAKTERE !

la revue TnT

Clic sur la photo pour agrandir

 en page X je cite :
"Panzer V ausf A Tigre I 304" à première vue il s'agit d'un Panther 
après... ausf A ou G je ne saurais le préciser d'après ce dessin !




la revue ligne de front


Clic sur la photo pour agrandir


en page X je cite :
7,5 PAK 40/4 auf RSO
il s'agit en fait d'un Sd KfZ 234/4 c'est à dire le montage d'un PAK 40 (canon anti-char de 7,5 cm) sur le châssis (sans sa tourelle donc !) du véhicule de reconnaissance 8 roues


Clic sur la photo pour agrandir


Un M4 Britannique avec un patin de chenille monté à l'envers !


point de détail il ne faut pas trop s'embêter avec les chenilles des chars en effets sur certains clichés d'époque on voit que des maillons sont montés à l'envers
(jamais vu sur un blindé Allemand c'est vrai !)
voir ci-dessous un M4 "Sherman" Britanique en Normandie


Clic sur la photo pour agrandir

Un JS-1 à Berlin 1945 !

Sur les images d'archives on découvre parfois en faisant un tout petit peu attention ! des engins, des gens ou des situations exceptionnels, ainsi dans la revue Batailles et Blindés n° 78 éditions Caraktère en page 42 l'une des photos attire mon attention...

Clic sur la photo pour agrandir

Sur le cliché ci-dessus j'ai d'abord vu le rail de tram qui repose sur le glacis du char (flèche verte) et je me suis immédiatement demandé comment est-ce possible ? Soit le char tombant dans le trou c'est "glissé" littéralement sous ce fameux rail soit le rail tordu par l'explosion est retombé sur l'engin Bizarre ! bizarre mais plausible.

Avec la flèche rouge on aperçois en fond de tableau un char à priori déchenillé mais c'est surtout le modèle d'engin qui est intéressant celui ci est presque certainement un JS-1 soit le prototype du JS-2...
on distingue parfaitement le canon sans frein de bouche le glacis avant de ce type de char parfaitement identifiable ici, la tourelle énorme avec sa trappe coté droit (genre couvercle rond !) et son tourelleau de chef d'engin (coté gauche) tous ces détails parfaitement caractéristiques d'un JS alors que le tube du canon sans frein de bouche prouve le 85mm qui était monté sur le proto de JS soit le KV-85 soit le JS-1 ce qui prouve au passage qu'il en existait encore en 1945 pour la prise de Berlin !!!

Détails...


Sur cette vue agrandie on voit parfaitement la tourelle avec :
Un tourelleau sur la gauche de tourelle (flèche bleue)
Un "couvercle" sur la droite de tourelle (flèche jaune)
Un glacis sans la mitrailleuse ni la trappe caractéristique de conducteur d'un T-34 85 (flèche rouge)



Ci-dessus un T 34-85 de face on voit :
Flèche verte, le tourelleau de chef d'engin et le couvercle
Flèche rouge le glacis la mitrailleuse et la trappe du pilote qui est d’ailleurs grande ouverte donc très visible !



Ci-dessus un JS-2 avec :
Flèche jaune son tourelleau
Flèche bleue son énorme frein de bouche
Flèche rouge son glacis sans mitrailleuse de caisse ni trappe de pilote, en quelque sorte le JS-1 serait un "mélange" de T 34-85 KV-85 et JS-2 !!!

.

MG34 / 42 !!!

Dans la revue Ligne de Front le hors série n° 32 en page 73 nous voyons 2 photos avec un mitrailleur dans sa tranchée mais le texte est erroné en effet si l'intitulé stipule une MG42 sur le cliché on distingue nettement une MG34 le canon de l'une comme l'autre arme est caractéristique et parfaitement reconnaissable.



Sur le second cliché on confirme... MG42 moi je vois toujours la MG34 ! (ci-dessous)


Sur le cliché suivant en page 63 on nous indique que le soldat porte quatre grenades, pour ma part j'en compte six...



si je grossis l'image et en traçant une ligne droite pour chacune...
on obtient ce qui suit :




Déjà je compte 4 têtes et 5 bouts de manches

La grenade Allemande étant une grenade à manche dite "presse purée" constituée d'une tête contenant l'explosif et son détonateur et d'un manche qui lui, contient le cordeau d'allumage, il est facile de tirer une droite entre chaque têtes et chaque manches pour matérialiser l'emplacement de chaque grenade !  
Ensuite on compte simplement les traits !!!
simple rapide efficace ici je vois six lignes ce qui militairement me semble bien peu pour soutenir une attaque, mais ceci est un autre sujet.

Sur les 4 têtes visibles les traits parfaitement rectilignes nous amènent vers 3 des manches visibles également, le 4eme manche est donc caché par les autres
les traits partants des manches de grenades eux, ne mènent qu'à 4 tête visibles donc les têtes manquantes pour compléter les manches sont obligatoirement cachées derrière les autres !!!
Résultat 6 grenades.

Glissement de terrain !


Autre erreur facilement identifiable...
Et celle là elle est belle !!!
Si l'on se souvient de ses cours de géographie !




Dans le revue Ligne de Front n° 71 page 73 des éditions CARAKTERE décidément ils cumulent les coquilles !

Pourtant ce sont des parutions très intéressantes et qui sont sur des sujets nettement orientés sur la 2eme guerre mondiale, donc qui m'intéressent au plus haut point, bref.

sur cette carte on peut voir l’extrémité de la presqu’île du Kamchatka puis en descendant de là , les îles Kouriles qui rejoignent Hokkaido (Japon !)  le tout formant une ligne allant, grossièrement,  du nord-est vers le sud-ouest, au dessus de cette ligne (imaginaire !) se trouve la mer d'Okhotsk et encore au delà la mer de Béring MAIS au sud c'est...
l'océan Pacifique, sûrement pas l'Atlantique !!!
Ou alors il y a eu un gigantesque glissement de terrain !


Calibres !


Autre point, cette fois, seulement douteux, en page 55 de cette même revue même n°71 



Il est précisé que le canon de la photo du haut est un PAK 3.7cm or les munitions dont on aperçois une boite dans le coin en bas à gauche de la même vue me semble bien frêle pour du 37mm (les artilleurs Allemands compte les calibres en centimètres !) bref cela m'évoque plutôt un calibre tel que le 25mm de l'antichar Hotchkiss "récupéré" sur l'armée Française ! Ou le sPzB 41 de 2.8 cm (sPzB = schwere Panzerbüchse)
Il est vrais que la forme générale des boites de munitions du PAK 3,7cm et du 
,8cm sPzB 41 sont identiques sauf... Dans leurs dimensions bien entendu !
Gros plan ci-dessous vu la taille de la cartouche dans la main du canonier je pencherais plutôt pour du 25 ou 28mm



Même la forme générale de la boite me semble plus proche des boites de 2.8cm Allemandes alors que les boites de 25mm Hotchkiss pour les munitions de l'antichar SA34 (SA = semi automatique) sont plus rectangulaires.


PANZER III K KommanderWagen !

Dans le n° 65 de la revue Trucks n tanks des éditions Caraktère en page 68 un court article m’interpelle encore une fois.



 Mais comme tout bon photographe j'ai assez bonne mémoire des photos que j'ai vu !
Et si je ne me souviens pas de la photo présentée dans cet article (à priori en Italie comme indiqué ou en Afrique !) je me souviens parfaitement de celles que j'ai pu voir par le passé.
Démonstration :

Par exemple ce cliché paru dans le précieux livres "ACHTUNG PANZER" n° 2 consacré aux modèles de Pz III



on retrouve la même photos dans "l'énorme" livre des éditions HEIMDALL Album Historique sur :
La GROSSDEUTCHLAND


Mais avec cette fois une erreur grossière puisque le panzer badigeonné de blanc est identifié comme étant un ausf M il s'agit manifestement de deux ausf K montage d'une tourelle de Pz IV ausf F MAIS... Armée d'un 5cm Kwk L/60 sur une caisse de Pz III ausf L ou M
Pourquoi une tourelle de Pz IV simplement pour avoir plus de place à l'intérieur puisque cet engin de commandement emporte des appareils radios supplémentaires des cartes etc. malgré cela il doit être autonome et capable de se défendre seul en cas d'incursion de chars ennemis !
Il est donc équipé d'un canon long mais pas le 7,5cm prévu pour la tourelle de Pz IV ausf F puisque la culasse de ce dernier prendrait trop d'espace, donc les ingénieurs se sont rabattus sur le 5cm.

Ci-dessous la tourelle de Pz III ausf K qui était à l'origine prévue pour être montée sur le Pz IV ausf F2 celle-ci est légèrement modifiée pour accepter le canon de 5cm Kwk L/60 qui est de plus décalé sur la gauche de la tourelle tandis qu'un bloc de vision de pilote de Pz IV est installé à sa droite.



Le dernier modèle de Pz III à avoir des clapets de vision sur les cotés à l'avant de la tourelle, est le ausf J elles ont disparues sur l'ausf L !



Donc si l'on peut en voir sur la tourelle d'un Pz III ausf K c'est parce qu'il s'agit de la tourelle d'un Pz IV F2 mais armée d'un 5cm L60.


Dans l'antique revue LEDWOCH n° 11 sur le Pz III en page 42  on trouve également mention de ce Pz III ausf K avec cette tourelle si... "spéciale" !




Cette tourelle est facilement identifiable parce que :
Plus large que la tourelle d'un Pz III mais là il vaut mieux avoir les deux exemplaire cote à cote pour comparer !!!
Parce qu'elle est encore équipée de blocs de vision latérale ce que n'a plus le Pz III depuis plusieurs mois !
Parce que l'angle inférieur latéral avant de tourelle (le pan coupé  visible ci-après !) n’atteint pas le niveau du bloc de vision latérale sur le Pz III alors qu'il le dépasse sur celle du Pz IV
Parce qu'il y a plus d'espace entre le dessus de caisse et le bas du mantelet sur la tourelle d'un Pz IV que sur celle du Pz III en d'autres termes la tourelle du PZ IV est plus haute, plus large, plus vaste !

Ci-dessous tourelle de Pz III montrant l'angle aigu inférieur n'atteignant pas le la droite verticale du bloc de vision latéral




Ci-après tourelle de Pz IV montrant l'angle aigu inférieur dépassant le niveau du bloc de vision latéral






Ci-dessus tourelle de Pz IV ausf F2 montrant le pan coupé à l'avant dont l'angle arrière dépasse le niveau du bloc de vision latéral de plusieurs centimètres ! 
Ce qui n'est pas le cas sur la tourelle du Pz III

De plus les blocs de vision latérales sont fixés sur le flanc de tourelle grâce à quatre rivets (2 au dessus et 2 en dessous du blocs de vision !) sur tous les modèles de Pz III
Sur le Pz IV le bloc de vision est fixé par seulement 3 rivets et uniquement au dessus du bloc !!!

Ci-dessous une photo du Batailles et Blindés n° 23 page 16 légendée :
"Ici a bord de son Panzerbefehlswagen III du Panzer régiment Grossdeutschland..."



Détails de ce cliché vue du char de trois quarts avant gauche :
Il s'agit bien d'un Pz III vu le train de roulement.
La tourelle est bien celle d'un Pz IV le bord inférieur déborde légèrement du coté de caisse, obligeant l'homme debout à placer ses pieds en travers !
Le masque du canon est nettement moins large que la normale et il y a plus d'espace entre le dessous du masque et le haut de caisse.
Le bloc de vision latéral de tourelle (sous la marque "01") est maintenu par 3 rivets au-dessus de ce bloc.
la poignée au dessus de la trappe latérale de tourelle est pliée pour venir au dessus du vide
La romelkiste est celle du Pz IV
Le "panier à méssages" à l'arrière du tourelleau de chef d'engin indique un char de commandement. 

Dans tous les cas il existe au moins deux photos de Pz III ausf K avec tourelle de Pz IV ausf F2 à 5cm L/60 char prévu pour les commandant d’unités, principalement à la Panzer grenadier Division GROSSDEUTSCHLAND qui était dans le secteur de KARKHOV au début 1943 !

Un STUG III avec garde boue monté à l'envers !

Dans la revue Trucks n Tanks n° 65 page 33
Nous voyons la photo d'un Stug lang ou Sturmgeschütz III ausf G.
Or cet engin, vu de face, à une particularité étonnante il porte un garde-boue gauche sur sa droite ce qui fait dans un premier temps que l'arrière de se garde boue se trouve... à l'avant !
A l'avant mais à droite donc.
on distingue parfaitement la découpe permettant de laisser voir le feu de convois (distance indicator) même avec le volet de ce garde boue relevé.




Gros plan...




Images d'archives toujours les excellents Achtung Panzer
Le n°5 sur les Stug












.

Aucun commentaire: